Chaîne d’arpentage, 2016

structure en bois, dimensions variables

Cette installation se présente comme un dessin, un objet et un espace de travail architecturale. Sa structure est inspirée des diagrammes de statistique et des chaînes d’arpentage de géomètre pouvant servir à prendre rapidement la mesure d’un terrain mais de façon peu précise. L’horizon du regard est orienté par un paysage graphique modulable mais limitées dans ses possibles formes d’activation part sa logique structurelle, le conditionnement et la modélisation des matériaux qui la compose. La forme et le sens de ses figures dépendent de faux crayons, de moyens d’expression factices qui articulent sa structure. Ceux-ci permettent de donner un sens au dessin non pas juste sur base de ce qu’ils représentent mais en étant concrètement en dialogue avec le champs de leur inscription. La valeur du dessin dépend donc aussi de son support et de l’espace d’exposition qui deviennent son objet. Ce travail a donc pour volonté de remettre en question l’influence des systèmes de représentation numériques sur notre façon de concevoir, d’habiter et de penser l’espace.